Pourquoi les victimes d'abus de pouvoir et leurs associations ne sont jamais "médiatisées"? Réponse d'un journaliste.........

Publié le par aidentreprise

C'ETAIT EN 1999! LES INJUSTICES AUGMENTENT, ET RIEN A CHANGE DEPUIS............DEMOCRATIE OU DICTATURE?

 

 

Le 02 octobre 1999 s'est déroulée, de 9 heures à 17 heures, à L'HOPITAL/57490 l'Assemblée Générale de l'ASSOCIATION DE DEFENSE CONTRE LES ABUS DES NOTAIRES ET LES INJUSTICES sur le thème "Notaires : les arnaques continuent !"

Cette association est dirigée, en ce qui concerne son antenne mosellane, par Monsieur Roger KLECZEWSKI demeurant à L'HOPITAL.

Guy Douchet et Yves Mallet ont donc représenté l'AREPS à cette assemblée.

 

Etaient présents à cette journée :

 

Monsieur Roger KLECZEWSKI Antenne Mosellane de l'Association de Défense contre les Abus des Notaires et les Injustices.
Maître Bernard TRIGALLOU Notaire en activité à CHATTELERAULT / 88100
Maître Daniel DELREZ Avocat à METZ et Conseiller Régional
Maître Joseph ROTH Avocat à METZ
Monsieur Marcel GAY Journaliste à l'EST REPUBLICAIN (Nancy) et auteur du livre "Enquête sur les Notaires" - Editions STOCK
Madame Marie-Geneviève DESANLIS Présidente de l'Association Nationale de Défense des Victimes d'Injustices et d'Escroqueries à VITRY LE FRANCOIS
Monsieur Claude FRESSE Délégué Régional de l'A.D.U.A., demeurant à THAON LES VOSGES / 88 
Monsieur André GUESCHIER Délégué de l'Association Nationale Civisme et Expression demeurant à MONDELANGE / 57
Monsieur LEFLAIR Conciliateur
Monsieur Yves MALLET Représentant le M.I.H.A.P. (Mouvement pour la Défense des Intérêts des Huissiers contre les Abus de Pouvoirs des chambres.  
Monsieur Guy DOUCHET Délégué Régional de l'A.R.E.P.S. (Association de Réflexion et d'Entraide sur les Problèmes de Société)
 

Plusieurs autres personnalités se sont faites excusées, notamment :

 

Monsieur Jean SCHULER Maire de L'HOPITAL 
Maître MERY Auteur du Livre "Justice, Franc-Maçonnerie, Corruption" - Spot Edition
Le représentant de l'U.C.L. Association de Défense Luxembourgeoise
Monsieur DUDOGNOIR Expert bancaire à POITIERS.

 

Un petit déjeuner pris en commun nous a permis de faire connaissance.

La matinée s'est poursuivie par l'écoute des victimes des Notaires, par l'exposé de leurs problèmes et les réponses parfois audacieuses de Maître TRIGALLOU.

Je rappelle que Maître TRIGALLOU est un Notaire en activité et que ce dernier ne s'est à aucun moment défilé. Il a, à plusieurs reprises, enfoncé les membres de sa profession.

 

Les associations présentes ont été invitées à se présenter.

 

Marcel GAY, journaliste, a expliqué le "pourquoi" des articles d'associations qui ne paraissent jamais dans les journaux.

Il s'agit en fait d'un problème politique et le pouvoir actuel ne souhaite pas (du tout) que de tels articles viennent "perturber" la vie politique .... (Je vous laisse méditer ...)

 

Marcel GAY continue son exposé en rappelant que les droits de poursuites par des tiers à l'encontre d'un journaliste sont passés (grâce à M. CHARASSE) de trois mois à TROIS ANS de sorte qu'aujourd'hui il se retrouve avec 24 (vingt quatre) procès en cours et un 25ème qui arrive .... (Là aussi, je vous laisse méditer ...)

 

Ce dernier explique encore qu'il a 25 ans de carrière dans le journalisme, ce qui lui permet, de temps à autre, de faire passer quelques "papiers" dérangeants...

 

Marcel GAY a encore fait allusion à la Franc-Maçonnerie, très présente aujourd'hui dans le milieu judiciaire et a rappelé qu'il y avait lieu d'être très prudent. (Je vous laisse là encore méditer ...)

 

Il a enfin terminé en rappelant que notre société actuelle ressemblait plus à une forme de "dictature" qu'à une démocratie moderne.

 


 

La brève intervention de Maître DELREZ, Avocat et Conseiller Régional, n'a rien apporté de plus si ce n'est qu'il se vante d'être le seul membre de son parti politique.

Il se dit ni de droite, ni de gauche, ni du centre ... mais il aspire à une société meilleure.

 


 

Maître ROTH, Avocat, a rappelé aux personnes présentes qu'il fallait rester très prudent quand on signe des actes et surtout de ne pas signer un document vierge et se faire expliquer les termes employés si l'on n'a pas tout compris.

 

Madame DESANLIS a expliqué son combat. Il en a été de même pour Monsieur FRESSE qui, lui, en veut aux Tribunaux de Commerce.

 

Monsieur LEFLAIR, conciliateur, a brièvement exposé ses fonctions. Il déplore qu'autant d'affaires "bénignes" puissent arriver jusqu'à lui.

 


 

Ce qu'il faut retenir :

 

La participation de toutes ces associations a été intéressante et utile.

Intéressante parce qu'elle a démontré à l'assistance l'existence de nombreuses associations qui se veulent toutes combatives dans les démarches qu'elles se sont imposées.

Utile parce qu'elles permettront à l'avenir de réduire et de mieux contrôler les abus de pouvoir à la limite de la légalité commis par des auxiliaires de justice en marge des lois.

L'intérêt de nos actions respectives sera encore mieux perçu lorsque nous aurons ensemble fédéré nos associations spécifiques dans un mouvement à l'échelon régional, puis national, sans qu'aucun d'entre nous ne perde sa vocation d'origine.

 

Guy Douchet, 02 octobre 1999

Commenter cet article