Banque, premier créancier des entrepreneurs : qui contrôle les algorithmes bancaires ?

Publié le par Jedi Media _Mediapart (O.B.)

(O.B.) Harcèlement bancaire : comment aider les entrepreneurs ? Nous sommes tous concernés ! Particuliers Entrepreneurs Associations .... Les taux bancaires ont atteint des niveaux extrêmement bas depuis quelques années. Nous devrions nous en réjouir, n'est ce pas ?

En effet, car si d’aventure, face à une situation économique difficile nous peinons à respecter les bonnes règles de notre trésorerie ou du prêt que nous avons contracté ?

Beaucoup ont connu ce retournement de situation dans lequel cet « allié » devient du jour au lendemain un hôte particulièrement envahissant, multipliant les appels téléphoniques à la limite du harcèlement, grignotant férocement une trésorerie malmenée en commissions d’intervention, courriers de relance, de rappel et autres prestations clairement exposées dans la « page 25 » du contrat que vous aviez signé sans lire et complétement oublié depuis.

Trop tard aujourd’hui vous dites-vous, d’autant que votre bateau prend eau de toutes parts et que votre #trésorerie n’est que la conséquence du naufrage.

A une situation difficile sur le pont s’ajoute une voie d’eau incontrôlable dans la soute,  dont vous vous sentez d’ailleurs coupable.

Mais si nous évoquions l’hypothèse que toutes ces interventions soient abusives ?

Des études récentes tendent à prouver qu’un grand nombre de banques se seraient «trompées» dans l’élaboration de l’#algorithme calculant le #TAUX EFFECTIF GLOBAL (#TEG), et que de ce fait, elles vous facturent illégalement,  de manière invisible et difficilement contrôlable, en toute impunité, un service sévèrement réglementé.

Qui contrôle les algorithmes bancaires ? © Jedi Media
Qui contrôle les algorithmes bancaires ? © Jedi Media

Tous concernés ou presque.

Ces études très précises,  communiquées par un expert bancaire, confirmeraient cette théorie et en conséquence le préjudice subi par les entreprises et les particuliers.

Un chiffre inquiétant ressortirait d'une telle étude : 60 milliards ces dix dernières années, rien que cela !

A suivre ….

Commenter cet article