#Entreprise: Pour 1000 créateurs, 500 faillites?.......Analyse de la consultation du site de Aide Entreprise.

Publié le par #OSDEI

Le mois de mars 2018 n'est pas terminé, mais déjà les chiffres de la consultation du site de Aide Entreprise sur les deux premières semaines donnent la température......

Pour 1087 consultations sur le modèle de statut d'une SASU, dont la naissance d'entreprise ou le rebond, on dénombre 581 consultations sur les abus des mandataires judiciaires, et 436 sur le modèle de plan de redressement, c'est à dire leur mort ( nous rappelons le chiffre dramatique de 97% de liquidations d'entreprises sur celles qui demandent de l'aide par le biais de ces procédures dites collectives - liquidation, redressement, sauvegarde).

1 entrepreneur sur 2 est donc concerné par la gestion de la "mort de l'entreprise".

La seule réponse qu'il aura à titre d'information se trouvera, "gratuitement", dans un Tribunal de Commerce, quand il sera trop tard pour sauver quoi que ce soit

Sans trésorerie, point douloureux des TPE/PME, l'accès à des cabinets spécialisés est quasi impossible.

Dans la réalité, nous décomptons que 70% des entreprises sont plus ou moins gravement concernées par des difficultés.

Pourtant, le ratio des sites et des informations entre "création/liquidation" est loin des 50%..........

Une donnée qui est, elle aussi, loin d'être innocente.

Sortir les personnes des chiffres du chômage est une priorité d'état.

Sortir les personnes de la précarité n'en est pas une, du moins pas jusqu'à ce jour.

Combien d'entrepreneurs se lanceraient s'ils savaient d'avance que le taux et les conditions d'échec, avec perte de tout leur patrimoine existant ( et à venir!) et délais absurdes de procédures judiciaires, dépassaient la science-fiction elle-même?

L'#OSDEI se penche sérieusement sur cette question, mais en attendant, il est utile de faire un petit test pour ceux qui veulent se lancer dans la création d'entreprise et cocher les réponses positives sur les  82 POINTS A MAITRISER AVANT LA CREATION D'ENTREPRISE.

Cette ignorance coûte la vie à un petit patron tous les deux jours................

 

 

 

Commenter cet article