Le cas #Isabelle #Berbé: entrepreneur expulsé le 01/04/2015 met en cause son mandataire judiciaire

Publié le par aidentreprise

Révolte contre un mandataire judiciaire - L'Est Républicain
  • La société

Isabelle BERBE , née en 1964, est gérante minoritaire de l'entreprise TAXIS LORRAINE 240 RUE DE CUMENE à 54230 NEUVES MAISONS immatriculée RCS le 13-01-2009.

  • Origines des difficultés:

Déclaration de Mme Berbé à Aide Entreprise ( sur envoi d'un dossier par voie postale de plusieurs dizaines de pages en date du 31/03/2015)

"A la création de cette société [....]Monsieur R. JP, père de R.D, mon associé à 60%, s'est proposé de me seconder, pour me permettre de me remettre d'une grave dépression suite à un mariage et un divorce douloureux. Il devait , après un an, me laisser gérer seule. Il n'en a rien fait et, de fait, a gardé main mise sur la société et en a abusé financièrement."

Les accusations de Mme Berbé sont nombreuses et diverses envers son associé et son père, salarié dans l'entreprise, mais gérant de fait selon Mme Berbé.

Elle documente soigneusement , les classant par sous-dossiers:

- des synthèses pour chaque type de faits reprochés étayés par

  • des pièces jointes attestant de ces faits
  • de nombreuses plaintes
  • de nombreux courriers
  • la confirmation d' une liquidation de plusieurs sociétés en 2008 avec 20 salariés dont le père de son associé était le gérant (!)
  • Conséquences des difficultés:
    • La société: Cette SARL au capital de 10 000 euros , comprenant entre 6à 9 salariés, à été mise en liquidation judiciaire en date du 10/09/2013 et son établissement fermé la 01/11/2013 après avoir été mise en redressement judiciaire en date du 16/10/2012.

    • Mme Berbé: Bien que gérante minoritaire et salariée de l'entreprise, disposant donc de deux fiches de paie distinctes, recevra un avis défavorable de son liquidateur judiciaire et ne sera pas prise en charge par les AGS, son statut de "salariée" ne lui étant pas reconnu.

    • EXPULSION de son foyer: En date du 10 février 2015, Mme Berbé apprend qu'elle sera expulsée de son foyer avec son fils à compter du 1er avril 2015. J'apprendrais personnellement, suite à de nombreux appels et tentatives d'enrayer cette expulsion, que celle-ci est bien confirmée à cette date avec le concours de la force publique, son bailleur social en la personne de la directrice "refusant catégoriquement" un report , malgré le mail que notre association lui adressera le même jour ainsi , qu'en copie, qu'à toutes les instances concernées dans ce dossier.

#expulsion #isabelle #berbé

#expulsion #isabelle #berbé

 

Questions soulevées ( sur la base des documents à notre disposition sous formes de 7 dossiers et preuves anexées)

  • Les plaintes de Mme Berbé évoquant les abus et la gérance de fait  , qui s'étalent entre 2011 et 2012, donc bien avant la mise en redressement judiciaire (?!) ne semblent n'avoir donné , à ce jour, à aucune poursuite , aucune enquête à décharge en faveur de la plaignante.
  • Le liquidateur  semble avoir été  largement interpellé entre fin 2012 et février 2015 concernant ces plaintes. Quelle est donc la responsabilité juridique d'un mandataire face à ces circonstances? c'est une question qui nous est largement posée depuis des années par ceux qui nous interpellent, que nous nous posons aussi, et à laquelle aucune des personnes/professions interpellées à notre tour  ne sait nous donner une véritable réponse mis à part  " vous ne trouverez aucun avocat qui assignera un mandataire/liquidateur".........
  • Nous découvrons parmi les nombreux documents ( nous n'avons pas eu le temps de tous les analyser étant donné le court laps de temps à notre disposition pour intervenir) trois courriers qui attirent tout spécialement notre attention et qui a été adressé au liquidateur judiciaire de la part de l'ADSN ( Agence de développement économique), de la part de Mme Berbé et  et dont nous laissons aux lecteurs le soin d'en mesurer l'importance dans cette affaire:
ADSN

ADSN

MAIL DE MME BERBE AU LIQUIDATEUR

MAIL DE MME BERBE AU LIQUIDATEUR

FAUX ET USAGE DE FAUX DU PERE DE L ASSOCIE DE MME BERBE

FAUX ET USAGE DE FAUX DU PERE DE L ASSOCIE DE MME BERBE

  • Quelles sont les pouvoirs/devoirs/responsabilités des services sociaux qui nous déclarent "connaitre cette injustice" depuis 2013, mais qui semblent incapables d'empêcher une expulsion de ce qui n'est pas "une habitation occupée abusivement", mais le foyer/refuge d'une femme en détresse et de son fils qui fêtera 15 ans dans deux jours?
  • Si l'expulsion est la conséquence d'une terrible injustice, comment se fait-il que LA JUSTICE L'AUTORISE? N'a-t-elle pas eu connaissance de ces faits? Ou bien les instances saisies ont décidé d'ignorer les plaintes de Mme Berbé? Ou bien seront-elles plus lentes (en absence d'avocat?) que celles qui décident de son expulsion?
  • Les délais de l'expulsion sont-ils plus courts que les délais de la justice pour prouver l'état de victime de Mme Berbé? Ou bien cette situation ne sera jamais tout simplement débattue en justice et les (innombrables) pièces présentées n'ont aucune valeur légale?

 

La liste des questions , celles que nous posons, celle que nos lecteurs/aidés nous posent régulièrement , est encore longue , très longue.

Nous n'avons pas ces réponses, nous ne les trouvons pas. Mais nous les chercherons, nous les exigerons.

Ce cas n'est pas isolé. Il est identique à Nancy, en Alsace, à Bordeaux ou à Paris.

Il est juste documenté et autorisé à être publié par la plaignante , contre des dizaines qui dorment dans nos tiroirs en attente de solutions dont le suicide fait partie.

Nous avons empêché quelques suicides mais avec une terrible autre question:

La place de ceux que nous tentons d'aider est-elle dans un hôpital psychiatrique? Car c'est dans ce lieu que nous avons été contraints de les envoyer en respect de la loi 223-6 du Code Pénal que je vous invite à chercher sur Google.

Nous ne réussions pas à expliquer à Mme Berbé pourquoi nous ne pouvons empêcher de se retrouver demain à la rue avec son fils, étant donné qu'elle refuse d'intégrer un foyer et préfère "disparaitre" que de subir "l'énième injustice et les pires humiliations dans une commune où elle était respectée de tous, à la veille de l'anniversaire de son fils " selon ses affirmations au téléphone et par mail qu'elle nous envoie.

Nous avons fait notre devoir et nous avons respecté les lois, COMME TOUS LES AUTRES (vraiment tous?) , en bons citoyens nous avons alerté les services concernés ( voir notre mail du 31/01/2015).

 

Voilà, nos pouvons dormir tranquilles. Mme Berbé, comme entendu récemment dans un CCAS de France, concernant un autre cas similaire, "peut se rendre service et rendre un service à la société en se suicidant. C'est ancore ce qu'il lui reste de plus propre à faire".

 

Vous êtes choqués? Scandalisés? Ou bien simplement mettez vous en doute les déclarations d' Isabelle Berbé?

Je vous invite à recevoir les pièces qu'elle diffuse en désespoir de cause.......je ne crois pas qu'elle hésitera à vous les fournir sur simple demande, mais au cas où nous nous trompons, je vous invite à lui poser  la question, je ne vous donne pas son adresse postale, car en théorie, à part un miracle, ce ne sera plus la sienne:

 

Isabelle Berbé

taxislorraine@hotmail.fr

prt: 06 58 83 87 42

 

© www.aidentreprise.fr 01/04/2015 Tous droits réservés.

Le cas #Isabelle #Berbé: entrepreneur expulsé le 01/04/2015 met en cause son mandataire judiciaire

Commenter cet article

Belair 14/05/2015 01:36

Bonjour il faudrait que l association arrive a réunir. Plusieurs. Expulsés ou liquides. Victimes
Car la class action est depuis peu légalisée en France et j aimerais si elle est d accord. Avoir un
Contact avec la personne qui a souffert du mandataire de Créteil probablement le même que moi
Elle c était en 2012 le 4/10/2012 . ??!! Alors c a serait intéressant de se regrouper ....

Belair 14/05/2015 01:27

Bonjour c est dramatique d être pris dans un étau et dépouillée comme les lois de 1939 dépouillaient
Les juifs en Pologne. Ou sommes nous a quelle époque vivons nous et la France comme dit Richard
Ardamante également comme moi aux prises avec la justice. La France de la corruption qui veut donner des leçons a tout le monde et qui nous demande d agir et d être généreux avec le Népal. Les migrants etc
Je sais c est dramatique mais ici on nous prend tout je ne vois pas comment on pourrait donner a autrui
L association sauvons nos entreprises parle et demande que l on arrête les suicides et ce véritable.
Génocide des petits patrons français mais très hypocritement on commémore ?!!!! Je ne suis pas contre mais
Que l on commence par balayer devant notre porte quand je pense qu a un âge avance je vais devoir
Prendre un poste a la rentrée. Alors que certains s en vont a la retraite a 52 ans ..??!!! Que j avais tout
Organise le mieux possible pour mes enfants et moi-même. Que mon époux décédé et que l escroquerie
Bancaire m entraîne a la détresse je dois dire qu il faut être solide pour ne pas régler ses comptes tout
Seul ??!!!!

reck 08/04/2015 14:09

Mais c'est TROP GRAVE!!!on a l'impression que la "JUSTICE" est SOURDE ET AVEUGLE!!!!!ce cas..terrible..le cas de LILI arrachée à sa Maman qui est une SUPER Maman avec l'approbation de la "justice" emmenée à 13 mille kms de chez elle.......avec un "Père"....mauvais mari..et je pèse mes mots..cette Dame artisan.....expulsée alors qu'on aide des étrangers.....Rien ne va plus..et ça fait PEUR!!!!!!!

aide.entreprise 08/04/2015 17:15

merci pour votre intervention et "votre cri du coeur", n'hésitez pas à envoyer un sms de soutien à Mme Berbé, ses coordonnées sont dans l'article

yoyo 01/04/2015 09:40

Que d'injustices dans ce pays ! On se croirait dans un régime de l'est....l'état français est devenu rouge.

Justice 25/08/2015 16:43

Moi meme volé par mandataire judiciaire qui a illégalement revendu un compte de cantonnement et empoché 50 000 euros ! Mais justice sera faite, je vais le pourrir judiciairement ! Il va perdre ses millions pour une histoire a moins de 50000 euros - comment l argent vous fait perdre la tete, votre morale et le respect des autres ! Pathetique ce bouffon

aide.entreprise 01/04/2015 09:45

De quoi se poser des questions et nous les avons posées, mais nous attendons les réponses, si possible avant que les maux ne soient irrémédiables.