#SuicideIndépendants :L' impuissance de la justice génère de l'injustice

Publié le par aidentreprise

#SuicideIndépendants :L' impuissance de la justice génère de l'injustice

" A ce moment-là, je me suis dit qu'il valait mieux mourir. J'ai toujours trouvé lamentable de mendier la vie comme une faveur. Ou on vit selon ses désirs, ou alors il vaut mieux cesser de vivre." Reinaldo Arenas Titre: Avant la nuit.

La morale du conte (ICI lien de la source)

Lecteur, que vous soyez dans la raillerie le jugement, dans l'indifférence, dans l'inaction ou dans l'action mutuelle cohérente et immédiate.

L'urgence est là sous vos yeux cette urgence s'appelle Économie, artisans, professions libérales patrons TPE PME et se nomme SURVIE!

Il faut exiger : le suivi psychologique, la survie, la dignité, l'accès aux soins et aux droits fondamentaux et constitutionnels de ces personnes comme n'importe quel citoyen y compris les criminels et prisonniers.

Pour cela utiliser un lobbying non pas un groupe de pression pour préserver des intérêts économiques mais cette fois pour un intérêt collectif et sanitaire.

-la reconnaissance des risques psychosociaux des indépendants et professions libérales

-la nécessaire prise en charges de ces risques : information prévention formation soins

-l'information claire accessible des indépendants face aux instances en charge de leur redressement judiciaires et ou liquidation

-une instance de contrôle et médiation des professions libérales gravitant autour des tribunaux de commerces...

-la mobilisation des philosophes, des sociologues, des psychiatres :

⟹sur l'échec en France. La place dans la société de celui confronté à l'échec après avoir porté en lui un projet.

Un débat sur la stigmatisation de l’échec en France et le désespoir qui anime la jeune génération mais aussi les plus âgés.

Pourquoi en France l’échec n’est pas vécu comme processus de maturation sociale et psychologique mais comme une damnation excluante.

-la mobilisation des professionnels de santé pour des recherches, des traitements circonstanciés, des prises en charge spécifiques et des études sur le suicide le stress, le « burn-out », la charge mentale sur ces professions

-la mobilisation de juristes en faveur d’une doctrine juridique sur ces questions de reconnaissances des risques psychosociaux face aux traumatismes infligés en amont ou en aval d’un redressement ou liquidation pour une dignité des familles ayant vécu un suicide.

Pour la réhabilitation à titre posthume des VICTIMES : la violence sociale symbolique subie , la « maltraitance » des instances : leur « harcèlement économique et moral » leur « intimidation » et leur indifférence.

Tous ces mécanismes ravagent et tuent un peu plus chaque jour les différents indépendants, le suicide dans certaines circonstances doit être envisagé comme un crime dont les acteurs incriminés doivent répondre de leur actions et inactions.

-la mobilisation réelle des députés sur ces problématiques et Mme La Ministre de la Justice. Une justice pour tous dans des conditions de décence humaine et psychologique et non de pression pour conduire à la dépression.

-la mobilisation de la presse, d’écrivains avec un travail de recherches de fond sur les problématiques soulevées, de nombreux témoignages sont disponibles.

Merci de votre lecture.

Je vais vous raconter une histoire de notre temps, dont la fin est à écrire par vous tous. ‪#‎SUICIDE‬#CRASH#INDÉPENDANTS

Une histoire de rencontres initiatiques narrée à la manière des contes qui ont bercé notre enfance et ont construit de manière insidieuse nos représentations sociales.

Première partie
Conte : L’ingénue et la liquidation

Il était une fois, une princesse vivant dans un monde qu’elle voulait équitable mais cette jeune femme a croisé sur sa route trois fées à une période charnière de sa vie qui ont changé à jamais sa vision du monde.

Chacune des fées est dépositaire d'un message symbolique que cette jeune femme ne sait pas encore interpréter, mais qui préfigure pourtant un changement fondamental aussi bien intrinsèque qu’extrinsèque.

La première fée :"Hippocratie"

Brillante chirurgienne, qui se mobilise contre les réformes de "MST" la jeune femme ne comprend pas bien pourquoi cette femme ayant réussi économiquement socialement avec une famille heureuse et solide se défend avec autant de pugnacité inédite chez les gens qui sont supposés être de la cour du Roi.
La jeune ingénue l'interroge sur les motifs de sa colère, sur les risques entrepris, au point de vouloir changer le système et proposer d’autres alternatives que subir cette réforme.

La fée lui répond alors " tout simplement je n.aime pas qu.on me marche sur les pieds"
Elle a raison après tout… se frotter aux effets des "MST" dit-on n.est jamais salutaire !

Même si la jeune candide demeure dubitative sur les motivations de cette douce fée, elle comprend que cette dernière se refuse de se voir imposer une pensée inique,unique.

Elle objecte, résiste fermement de se voir commander ses valeurs professionnelles son approche éthique auprès de ses patients.

La jeune princesse perdue dans son monde qu’elle veut le plus « aseptisé » possible pour ne pas se poser trop de questions auxquelles elle n’aura pas de réponses poursuit sa route et rencontre alors la seconde fée.

La seconde fée : "Mandatie"

La seconde fée croisée par cette jeune femme est une fée malveillante.

Elle a prédit à la jeune princesse candide sa perte imminente sous l’appellation de la privation de ses droits régaliens.
Ses oracles qu’elle convoque qu’elle invoque nommés «Lois » lui permettent de manière péremptoire d’asséner un destin funeste inexorable à cette princesse entourée de mauvais conseils et coupable d’avoir mis son entreprise en difficulté.

Pourtant la fée mal intentionnée considère les difficultés inhérentes et bien connues de toutes les instances gravitant autour de son activité. Mais avec la partialité qui l caractérise la fée « Mandatie » ne veut rien entendre et s’agace des explicitations vaines de la jeune princesse.

Pourtant, ce processus est important pour la prise de conscience de cette femme en perdition, abandonnée de ses mauvais conseilleurs et seule désormais face au prix à payer de ses mauvais choix, sa méconnaissance du système qui met en difficulté les petites entreprises et facilite la réussite des grosses structures au profit d’un management ravageur et de la précarité de l’emploi que sert indirectement la fée « Mandatie ».

Cette fée excédée par cette princesse larmoyante, l’abandonne dans son nouveau monde transfiguré, dévasté.

La fée ayant jeté son sort, dorénavant elle attend patiemment que se précise les desseins promis. Elle ne veut plus communiquer avec cette jeune ingénue. Elle ne veut pas entendre ses demandes de supplications, d’explications sur ce sort à plusieurs égards injuste.

Cette fée prive ainsi la princesse d’espoir, remplacé très vite par l’obscurité d’une liquidation judiciaire où rien n’est plus réel...

Le monde des ténèbres envahit chaque pore de cette petite princesse, jusque-là préservée par le mauvais sort. La honte, le désespoir et la peur deviennent ses plus fidèles compagnes.

Le traumatisme est indéniable, elle essaie donc de s’en remettre « aux sorciers » ( le corps médical spécialisé)

Ils reconnaissent sur la base du témoignage de la princesse déchue le traumatisme, le totalitarisme de la fée « Mandatie » et de ses sortilèges…mais la réponse n’est pas dans une potion magique que ces "sorciers" pourraient lui administrer pour la guérir.

Ils ne peuvent rien pour elle et concèdent leur impuissance à la sauver.

La réponse : sa guérison est « emprisonnée » dans les solutions que seules la fée « Mandatie » et ses affidés possèdent et emmurent dans leur dogme professionnel systématique!

Cette jeune femme, s’enfonçant davantage chaque jour dans le royaume des ténèbres découvre les pouvoirs et motivations de la fée "Mandatie" et comprend dès lors qu’elle sera bannie à jamais du royaume dans lequel jusqu’alors elle avait grandit.

Les commandements de la fée sont implacables et tous les gens comme cette ingénue non préparés dans à cet univers sombre deviennent des ombres, jusqu.à supplier qu’on leur inflige la mort. Lassent des mauvais sorts qui les transforment au fur et à mesure des étapes de la liquidation, des jugements en damnés de la société stigmatisés sans cesse par leur déroute entrepreneuriale.

La jeune princesse poursuit son parcours dans les limbes jusqu.à y trouver des congénères
condamnés à se murer dans la souffrance de leur déchéance sans réponse de part et d’autres de leurs interlocuteurs. En réalité leur déchéance n’est qu’une construction sociale visant à les aliéner afin de les rendre faibles et résignés

La dernière rencontre avec la fée "Aida »

La fée « Aida » est une fée compatissante qui tend la main avant l'enfer à ses congénères indépendants.
Cette fée est emplie de bonté, elle montre la voie à cette candide vers un royaume où règne des spectres, des résidus humains comme elles : indépendants déchus.

Déambulant dans ce royaume, ils sont maintenus artificiellement en vie enivrés par les effluves d'alcool, par les décoctions des sorciers nommés antidépresseurs et anxiolytiques.

Leur stigmates restés béants et purulents ne leur permettent pas de sortir de ce royaume où ils sont condamnés et la première condamnation est la solitude, l’abandon familial social…surgit l’indifférence, l’incapacité des « Lois » sur lesquelles s’appuient la fée « Mandatie » à répondre aux besoins primaires…des damnés.

Ils sont condamnés à la position inéluctable d’indigents.

Cette ingénue comprend que sa souffrance, son désarroi est celui de milliers d'autres victimes de plusieurs elfes maléfiques qui ont créent ses limbes sans se soucier des conditions de l’enfer pour ces damnés de la société.

L'ingénue fragile docile devient grâce à cette fée : une amazone !

Elle comprend alors, qu'il faut organiser cet enfer !

Elle ne veut pas de sa réhabilitation dans son ancien royaume car ses valeurs ne sont plus les mêmes. Elle est à présent plus aguerrie sur l'univers maléfique qui rôdait sur son doux royaume. Qu'en réalité dans ce royaume gravite des monstres puissants avides de créer ces damnés afin d’assurer leur propre subsistance.

Ce sacrifice des plus faibles est bien connu et nécessaire.

Cette ingénue maintenant est convaincue qu'elle n'est plus seule dans cet enfer de damnés mais que le verbiage de ces derniers, leur inaction, leur résignation n'est pas la sienne.

L’ingénue désormais exige non pas sa réhabilitation dans son ancien royaume mais la reconnaissance des droits de ces personnes échues déchues échouées dans ces ténèbres.

Cette ingénue garde ses rêves, car sans rêve sans espoir il n'y a pas d'avenir et d’action, or l'espoir nourrit le désir d'entreprendre de se reconstruire de transmettre de partager d'éduquer.

Cette ingénue c'est moi, c'est peut-être vous lecteur ? mais à la différence c'est que je veux que cet enfer soit plus vivable pour chacun des spectres.

Qu'ils puissent s’ils le souhaitent croire en une chance de résurrection vers leur ancien royaume ou un autre restant à créer;

Ce conte n'a pas de fin heureuse car il vous appartient à vous lecteur de l’écrire.

Remerciements: Aide Entreprise-Mme VITALE, 60 000 rebonds Mr RAMBAUD,SNE Mr P. GEAY. Dr chirurgien B pour votre patience, Dr psychiatre B pour votre approche, Dr psychiatre S.M.P pour ces premiers échanges prometteurs, et porteurs! Me Changeur qui ne m'a pas fait changer d'avis! Monsieur le député RYAN-CIPEL pour votre écoute et votre "engagement de soutien",le chef Brigadier Maurice pour votre compassion. A "2" pour son indéfectible amitié. Tous les anonymes compagnes,compagnons d'infortunes ou frondeurs mobilisés virtuellement à mes côtés avec une énergie bienfaitrice. A ISABELLE et ALAIN deux belles rencontres et tous ceux qui se reconnaîtront ds ce conte.

Une amazone parmi tant d'autres à venir.

Commenter cet article

cm 28/03/2015 22:30

Quand l’ignorance de l’Etat tue, notre responsabilité est de dénoncer !
#appels à témoignages

Vous souvenez-vous des maladies nosocomiales, et pour les plus âgés le scandale du sang contaminé Pensez #SIDACTION
Est-ce la première fois que les instances de l’Etat mettent en danger sciemment ou non les concitoyens !? Faites un effort de mémoire pour trouver la réponse et réalisez un petit jeu envoyez-moi tous les cas documentés ou l’Etat a mis en danger les citoyens.
La démarche est similaire : mettre en lumière les "exactions administratives, symboliques" des professions libérales, de la justice, des régimes sociaux (RSI,CIPAV…) dans le traitement technocratiques, inhumain, dégradant, humiliant des indépendants et professions libérales exacerbés en cas de difficultés économiques.

.....l’Etat nous met en danger avec notre consentement......

Revenons aux milliers de morts et malades #sang contamine#maladies nosocomiales: l’Etat a fini par mettre en place des instances de contrôles, des protocoles stricts d’information, de formation des instances de pilotage Hygiène, Sécurité et essayé de réduire les risques à la source voire de les supprimer.
C’est ce que l’on nomme de la prévention intrinsèque.

Pour le stress, la dépression chez les indépendants il faut exiger la même chose pour endiguer le suicide. Un dispositif d’accompagnement psychologique à la sortie du tribunal de commerce n’est qu’un balbutiement.
Pour proposer au législateur qui va vous entendre au-delà des actions remarquables de SNE et autres mouvements de l’urgence de « supprimer le risque à la source ». Il nous faut vos nombreux témoignages soit sur twitter soit sur le blog ou la page FB d’AideEntreprise présente sur le terrain depuis 10ans.
#mandataires#avocats#expert-comptable#RSI...#harcèlement#dysfonctionnements#honoraires.

Ne soyez plus consentant de votre "mort"..